TELEGENRE

Les effets différenciés du télétravail selon le genre

e télétravail a connu un essor sans précédent durant la crise liée à la pandémie COVID-19. Il a eu un effet protecteur pour la santé et a permis aux personnes concernées de maintenir leur emploi, mais le contexte spécifique de sa mise en place a pu exacerber les effets potentiellement négatifs du télétravail sur le bien-être identifiés dans la littérature, notamment pour les femmes du fait de l’inégale répartition des responsabilités domestiques et parentales. Notre hypothèse est que cette forme d’organisation du travail, a priori neutre du point de vue du genre, a des effets différenciés chez les hommes et les femmes. Nous postulons également une hétérogénéité des effets selon la situation familiale et le mode d’exercice du télétravail. L’objectif de ce projet est de comprendre l’effet du télétravail sur les inégalités de genre dans l’exercice du travail, les organisations familiales, le bien-être et la santé mentale. Il repose sur l’analyse de deux grandes enquêtes représentatives en population générale, « Épidémiologie et conditions de vie » (EpiCoV) et « enquête sur le vécu du travail et du chômage pendant la crise sanitaire » (Tracov).

Ce projet est porté à l’Ined par Ariane Pailhé, directrice de recherche