Confinement, Conditions de vie et Inégalités - COCOVI

Le projet COCOVI (Confinement, Conditions de vie et Inégalités) a pour objectif d’analyser les conditions de logement et de vie des ménages en France, pendant la période de pandémie du Covid-19. En particulier, il permet mesurer les écarts de situation avant et pendant le confinement pour les ménages issus de différents milieux, et vivant dans différents types de territoires (rural, périurbain, centre, banlieue pavillonnaire, grand ensemble...). Ces écarts de situation peuvent être dus à des changements dans la configuration et la composition des ménages, et/ou à un changement (temporaire ou définitif) de logement.

Ce projet, porté par les chercheurs de l’unité de recherche « Logement, inégalités spatiales et trajectoires » de l’Ined, s’appuie sur trois types de données complémentaires :

  1. des entretiens approfondis réalisés auprès de ménages confinés dans différents types de territoires, à partir de revisite de terrains d’enquêtes ethnographiques ;
  2. le traitement secondaire d’enquêtes de la statistique publique réalisées en population générale (enquête Logement notamment) ;
  3. un questionnaire ad hoc recueilli auprès d’un échantillon d’un millier de personnes, représentatif de la population adulte française. L’enquête par questionnaire est menée en collaboration avec le groupe COCONEL, l’INSERM, l’IRD, l’ANR et IFOP, composé de Patrick Peretti-Watel (scientific coordinator), Valérie Seror, Sébastien Cortaredona, Odile Launay, Jocelyn Raude4, Pierre Verger (research consortium), François Beck, Stéphane Legleye, Olivier L’Haridon, Jeremy Ward (Steering Committee).

Premiers résultats 

Dans le cadre de ce projet, une enquête par questionnaire (enquête COCONEL1 "Logement et conditions de vie") a été réalisée auprès de la population adulte française, permettant de dresser un premier bilan du confinement. L’enquête s’est intéressée aux espaces et lieux de vie, aux revenus, au travail et au télétravail, aux enfants et aux relations familiales, à l’entourage et au sentiment d’isolement, aux jeunes et à la solidarité familiale pendant la pandémie. Les premiers résultats ont révélé d’importants changements dans les conditions de vie au quotidien, ainsi que dans l’usage et l’occupation du logement. L’enquête montre également combien le confinement a accentué les écarts sociaux au sein de la société française, au détriment des femmes, des jeunes et des plus modestes. Interruption du travail ou perte d’emploi, diminution des revenus, crainte pour l’avenir, sentiment d’isolement : la dégradation des indicateurs est cumulative et creuse l’éventail des inégalités.

Consultez les résultats de l’enquête en cliquant ici.

Lisez les deux numéros de Population et Sociétés consacrés à l’enquête :

Population et Sociétés n° 578 

Population et Sociétés n° 579

Contact : Anne Lambert